Bien gérer ses médicaments

Gestion des médicaments et capacités fonctionnelles : dextérité, force, vue

Les médicaments varient en forme, couleur et taille mais ils demandent tous une certaine dextérité pour les manipuler et de la force pour les couper ou les broyer, sans compter les gouttes et autres collyres à mettre dans les yeux.

Pour pallier aux difficultés rencontrées lors de ces opérations on va trouver différentes petites aides techniques pour aider aux différentes actions autour du médicament.

Sortir un comprimé d’une plaquette
Couper un comprimé

Pour suivre le traitement ou pour les personnes ne pouvant pas avaler facilement leur comprimé en entier, il existe des coupe-comprimés avec récupérateur en général (à privilégier avec). On préfèrera ces coupe-comprimés à l’utilisation d’un couteau car sans risque de coupure et cela évite que le cachet ne vole dans la pièce.



Ouvrir un flacon

On utilisera un antidérapant en feuille à découper aux mesures que l’on souhaite ou sous forme d’ouvre bouchon : ils vont permettre de diminuer la perte de force due au glissement et augmenter la surface de la prise.

Lire l’étiquette du flacon peut relever du défi, on peut utiliser une loupe ordinaire ou de petites aides spécifiques.



Mettre des gouttes

On peut avoir des difficultés pour tenir le flacon, appuyer et viser. On peut utiliser de rares aides techniques avant de demander l'aide d'une tierce personne.



Gestion des médicaments et fonctions cognitives : organisation, planification  

Ordonnances 

Pour ne pas perdre ses ordonnances, on les placera avec ses médicaments et on veillera à ne laisser que les ordonnances en cours dans la boîte ou dans une pochette plastique qu'on aura scotchée à l'intérieur de l'armoire à pharmacie par exemple. 

L'ordonnance n'est pas le support le plus lisible et facile pour s'organiser ensuite dans la préparation de son traitement... N'hésitez pas à réécrire une liste claire des médicaments et la posologie (sous forme de tableau ou autre) avant de vous rendre à la pharmacie qui validera cette réécriture pour plus de sécurité.
Notez la date de fin de validité de l'ordonnance sur cette fiche, sur votre calendrier et si vous avez un smartphone, faites-vous une alarme avant la fin pour la faire renouveler si besoin.

Temps dédié à l'organisation

Généralement nous préparons nos médicaments le dimanche pour la semaine, on préférera le faire le matin plutôt que le soir, à tête reposée.

Espace dédié aux médicaments

Que ce soit dans l'armoire à pharmacie ou dans une boîte, l'idée est de centraliser tous les médicaments dans un même endroit non accessible aux enfants et toute personne pour qui ce serait un danger.

Si vous êtes plusieurs personnes à prendre un traitement au sein d'un même foyer, on préférera ne pas mélanger les médicaments afin de faciliter l'organisation, surtout si des médicaments sont communs.

Lors de la préparation des médicaments, il faudra penser à clarifier l'espace visuellement en utilisant un éclairage suffisant et un support neutre, par exemple ne pas faire ça sur une nappe bariolée qui peut brouiller la vision avec les différents cachets colorés dessus. Pourquoi ne pas le faire sur un plateau uni d'un couleur contrastant avec les cachets et à rebord pour éviter qu'ils ne tombent. A gauche on place les médicaments non encore sélectionnés et une fois récoltés on place la boîte sur sa droite.

Le pilulier

C’est l’objet de prédilection pour organiser sa prise de médicaments.

On trouve une multitude de modèles : à 1 compartiment, 2 compartiments, avec coupe-comprimé intégré ou non, format de poche ou format XXL, version semaine ou mois, avec petits ou grands compartiments, avec ou sans écriture braille, avec alarme sonore et/ou vibrante intégrées, ouverture contrôlée et même des piluliers connectés !

Le pilulier va permettre 
- de préparer ses médicaments à l’avance pour une journée, une semaine ou un mois et ainsi de se concentrer une seule fois par semaine
- de limiter le risque d'erreur de prise de médicament également
- de vérifier facilement d'un coup d'oeil si on a bien pris ses médicaments

La préparation du pilulier peut donc se faire seul, seul avec supervision ou réalisé par une tierce personne. Dans ce dernier cas, la personne reste autonome pour prendre ses médicaments toute la semaine.

On choisira le pilulier en fonction

- de la taille des compartiments / taille et nombre de ses médicaments.
- du nombre de cases.
- de sa facilité d'ouverture des compartiments, certains coulissent d'autres non.
- de la présence de repères clairs visuels et tactiles sur les cases.
- de la présence d'alarmes de rappel sonore, vibratoire, visuel en fonction de ses capacités.
- du nombre d'alarmes disponibles / nombre de prises.
- etc.



Prise de médicament et troubles de la mémoire, orientation temporelle

Alarmes sonores, vibrantes, visuelles

Les piluliers avec alarme sonore et/ou vibrante pallieront aux oublis non forcément pathologiques.

On peut également programmer des alarmes (sonores, vibrantes, visuelles) via son smartphone ou des montres connectées ou non, des objets créés spécifiquement pour les personnes ayant des troubles de la mémoire.

Des applications dédiées à la gestion et aux rappels de la prise de médicaments fleurissent et sont pour la plupart gratuites, développées par les laboratoires pour certaines. Tapez dans un moteur de recherche "application prise médicament" et vous pourrez essayez celle qui vous tente!



Distribution contrôlée des médicaments

Si l’on craint de prendre plusieurs doses on utilisera un pilulier avec distributeur sécurisé : seule la case du moment va s’ouvrir, ainsi pas de risque de prendre la mauvaise dose ou double dose.

Si la personne n’est pas orientée dans la journée, souffre de troubles de la mémoire mais est capable de prendre des médicaments sur rappel alors on pourra utiliser

-  soit un pilulier à ouverture sécurisée couplé à un éphéméride électronique (le changement de jour se fait automatiquement)

-  soit utiliser un pilulier connecté qui va envoyer un message (mail ou sms avec accord de l’intéressé) à la famille de la prise ou non prise du traitement.

- soit faire prendre en charge totalement la distribution de médicament à une tierce personne en cas de danger pour la santé de l’intéressé.

Ces décisions sont prises en concertation avec la personne, la famille, ls aidants et les professionnels de santé s'occupant de la personne.

               

Pour trouver les aides techniques aidantes dans la gestion des médicaments sur Autonom-ease cliquez sur ce lien! 

Article rédigé par Sonia Chittaro, ergothérapeute consultante d'Autonom-ease. Il est fourni à titre indicatif et non exhaustif pour donner quelques pistes et ne se substitue en aucun cas aux conseils personnalisés des professionnels qui vous connaissent. Parlez-en avec eux si besoin.