Dans chaque ville, une rencontre avec nos recruteurs

La toilette au lavabo

Cette fiche d'information est non exhaustive et est donnée à titre indicatif et général pour vous aider à comprendre pourquoi et comment améliorer son autonomie. Il est préférable de prendre conseil auprès d'un ergothérapeute, professionnel de la rééducation et de la réadaptation avant d'entreprendre des modifications de votre espace de toilette. Son avis technique est requis lors d'une demande de financement d'aménagement de votre salle de bain, et il est le seul à mettre en lien vos capacités, leur évolution et les contraintes de votre domicile.

1. Les types de toilettes au lavabo

Toilette autonome ou aidée debout

4 points de vigilance à observer 

  • La hauteur du lavabo qui ne doit pas être trop basse au risque de se faire mal au dos.
  • La prise d’appuis doit être sécurisée pour se soutenir ou se stabiliser pendant les différents mouvements et notamment lorsque l’on est sur un pied.
  • L’accessibilité des accessoires nécessaires à la toilette
  • Le risque de chute lié à la combinaison : humidité-pieds nus

Toilette autonome ou aidée assise

4 points à prendre en compte

  • Une assise adaptée à ses besoins, ses capacités, son environnement humain et matériel.
  • Un espace suffisamment dégagé (de 80 x 130 cm) pour approcher du lavabo avec une assise roulante et un aidant. Dans le cas de toilette aidée par un tiers, il n’est pas rare que l’évier de la cuisine soit choisi car il offre plus d’espace autour. Dans ce cas, on essaiera de créer une certaine intimité par un paravent par exemple.
  • Un accès facilité à la robinetterie, et en dessous de la vasque pour passer ses jambes.
  • Des appuis sûrs si on peut et doit se redresser pour faciliter l’accès à certaines parties du corps.

2. Le lavabo

a) Hauteur adaptée

La hauteur peut être adaptée naturellement et convenir à tous ces utilisateurs.

Dans le cas contraire, il existe des lavabos réglables en hauteur et généralement l’accès à la robinetterie est plus ou moins facilité selon les modèles.

b) Accès facilité à la robinetterie

Grâce à sa forme : une vasque avec un bord concave permettra à un utilisateur en position assise d'être plus proche et de pouvoir poser ses coudes sur le rebord lors de certaines activités (brossage de dents, lavage des mains...) soulageant ainsi l’activité en soutenant le poids des bras.


Grâce au déport de robinetterie : certains lavabos sont conçus pour une robinetterie déportée au plus près de l’accès au lavabo.

c) Prise d’appui 


Le scellement : si on veut pouvoir prendre appui sur son lavabo lors de l'activité il faut renforcer les fixations voire positionner une colonne sous la vasque ou un meuble. Cette option ne sera pas forcément compatible avec la toilette assise autonome, il faudra pouvoir passer les jambes sous la vasque dans ce cas.


Lavabos spécifiques : conçus à cet usage

Ses fixations et sa structure résistent à une force d'appui conséquente, ils possèdent des rebords plus ou moins larges pour poser la main.


3. Les autres prises d’appui

a) Les lavabos avec surface d’appui intégrée

b) Les barres d’appui spécial lavabo

Elles contournent tout le lavabo offrant ainsi de nombreuses prises. Une partie peut  servir à poser la serviette, elles permettent de limiter les déplacements et participent à la sécurisation de la toilette.

c) Les barres d’appui 

 Elles s'installent sur un ou deux côtés du lavabo : de la même manière que les barres spécial lavabo elles permettent un appui et servent également de porte serviette de proximité.

Elles peuvent être contrastées, relevables selon les besoins et l’espace disponible.

4. La robinetterie ou l’accès à l’eau

L'ouverture et la fermeture de l'eau doit être facile : un mitigeur facilitera la manœuvre ainsi que le réglage de la température.


Un dispositif de réglage de la température et une seule commande d'ouverture et de fermeture de l'eau (la température étant prédéfinie) pourra sécuriser l'utilisation de ce mitigeur (dispositif thermostatique).


Certains modèles de mitigeurs ou de mélangeurs disposent d’une manœuvre rallongée, facilement préhensibles (facilité de prise en main) pour les personnes plus faibles, souffrant de rhumatismes par exemple. Dans le cas de boutons de robinet simples, on trouve des rallonges à fixer dessus pour faciliter la prise en main.


L’idéal en cas de problèmes cognitifs et moteurs sévères : les mitigeurs automatiques (déclenchement par infrarouge qui non seulement évitent les préhensions forcées mais également les oublis (de fermer l’arrivée d’eau).


En cas de troubles de la sensibilité, il  existe aussi des mitigeurs qui changent de couleur en fonction de la température de l'eau.

5. Les différentes assises

a) Les tabourets

Pensez à vérifier le réglage de la hauteur d'assise, la stabilité, le matériau utilisé, le poids maximum de l'utilisateur. Certains modèles sont plus faciles à transporter (pour les vacances) que d’autres. Certains sont dotés d’accoudoirs ou d’anses ce qui peut être bienvenu pour se stabiliser quand on se baisse pour atteindre ses pieds.

b) Chaises de douche

Plus stables que le tabouret grâce à leurs dossier et accoudoirs, elles sont à préférer en cas de troubles de l’équilibre assis, elles facilitent l’assise et le relevé également. Préférez un modèle dont les pieds sont réglables en hauteur pour s’ajuster au mieux à vos mensurations. Généralement elles sont dotées d’une découpe périnéale ce qui évite de se lever pour réaliser la toilette intime.

c) Fauteuils de douche

Ils ont les mêmes caractéristiques que les chaises mais possèdent soit des petites roues (chaise de douche à roulettes) soit des grandes (fauteuil roulant de douche). Ils ont en plus pour certains la possibilité d’incliner l’assise (dans ce cas-là ils possèdent un appui-tête) pour procurer une position de confort à la personne (parfois cette position diminue les troubles du tonus musculaire) et faciliter l’intervention de l’aidant pour réaliser un shampoing par exemple. Ces modèles disposent de nombreuses options de maintien afin de sécuriser la position des personnes très dépendantes ou aux troubles du tonus musculaire. Les fauteuils à grandes roues sont destinés aux personnes se déplaçant seules avec, comme un fauteuil roulant. Beaucoup de modèles servent également de siège de toilette : la découpe au niveau des fesses peut être parfois fermée par une pièce amovible.

d) Les accessoires

Les accessoires situés autour du lavabo et nécessaires pour se laver, se coiffer, se raser, se maquiller... doivent être aussi accessibles. Ainsi il est important de prévoir des rangements proches et atteignables sans déplacement depuis le lavabo (petite étagère, tiroirs...).

Des outils dont le manche sera grossi, allongé ou antidérapant, voire fixé sur le lavabo faciliteront l'autonomie dans les petits soins du quotidien. Ainsi des brosses et éponges à long manche, des brosses à ventouse mais également des systèmes pour presser les tubes, etc. faciliteront l'hygiène corporelle.

Un bac à shampoing peut être installé sur le lavabo et le robinet équipé d'une douchette pour aider au shampoing.

Pensez aux distributeurs de savon automatiques à fixer ou à poser selon vos possibilités, aux distributeurs de dentifrice également.

Le miroir inclinable est conseillé en cas de toilette assise pour des raisons évidentes de visibilité.

 


Découvrez les aides techniques favorisant la toilette au lavabo.



Article rédigé par Sonia Chittaro, ergothérapeute consultante d'Autonom-ease